L’iode

Véritable chef d’orchestre de l’organisme, la thyroïde a un besoin abondant en iode pour synthétiser correctement ses messagers de la bonne régulation : les hormones thyroïdiennes.

Trop ou pas assez d’iode et la machine ne répond plus

L’expression « Crétin des Alpes » ne sort pas du pur imaginaire. Sans le savoir les anciens avaient tout simplement nommé une pathologie très courante dans les contrées éloignées de la mer : le crétinisme, qui est une grave insuffisance thyroïdienne et qui fait fonctionner au ralenti. En fait, ces personnes manquaient simplement d’iode.

L’iode joue un rôle à de nombreux niveaux :

  • action sur la croissance et le développement dès le stade embryonnaire par différenciation et maturation des tissus fœtaux, développement du système nerveux central, croissance du squelette et de tous les organes.
  • augmentation du métabolisme de base : augmentation de la synthèse des protéines, hyperglycémiant, baisse du cholestérol et des triglycérides, thermorégulation (régulation de la chaleur corporelle)
  • action sur le tube digestif, les muscles

Un excès d’iode peut entrainer une hyperthyroïdie responsable de symptômes à divers niveaux :

  • Cardiaque : augmentation et troubles du rythme cardiaque, augmentation du débit
  • Musculaire : hypotonie musculaire, décontraction rapide
  • Nerveux : nervosité, agressivité, hyperémotivité
  • Digestif : diarrhée

Au contraire, à l’image des « crétins des alpes », une carence en iode peut être à l’origine d’une hypothyroïdie entrainant les symptômes opposés :

  • Cardiaque : diminution du rythme cardiaque et du débit, ralentissement ou arrêt cardiaque dans les cas les plus graves
  • Musculaires : hypertonie musculaire, crampes, décontraction lente
  • Nerveux : apathie, ralentissement, dépression
  • Digestif : constipation

Mes besoins en iode sont-ils couverts ?

90% de l’iode alimentaire est absorbé par l’intestin et stocké puis utilisé par la thyroïde. Cette glande, qui ressemble à un papillon, située dans le cou, en contient environ 10mg.

Dès 10 ans, on conseille un apport de 150µg  d’iode par jour. Sans surprise, une exception toutefois concerne les femmes en fin de grossesse et allaitantes qui doivent en consommer 200µg afin d’assurer la bonne croissance de l’enfant à naître puis du nourrisson.

Et comme pour tous les minéraux, notre corps est incapable de synthétiser ce précieux sésame, il est donc indispensable d’en consommer suffisamment.

Où puis-je trouver de l’iode ? Les sources se valent-elles toutes ?

Les apports alimentaires sont bien sûr très variables en fonction du lieu et du mode de vie (montagne, bord de mer, consommation de produits de la mer, origine du sel de table…).

Pour s’assurer une bonne couverture de nos besoins, il faut donc consommer régulièrement des produits de la mer (algues marines, poissons, crustacés, sel marin) ou encore du soja, des laitages, des œufs et de la viande qui en contiennent également.

Parmi les algues marines, l’une des meilleures sources reste le kelp à dose physiologique.

Votre guide Spiruline : 10 conseils pour faire le bon choix

Existe-t-il des Spirulines de bonne ou mauvaise qualité ? Quels sont les critères pour choisir ? Pour tout comprendre sur la Spiruline, saisissez votre email et recevez notre guide d’achat directement dans votre boite email !



    La Spiruline est un excellent complément alimentaire, complet et facile à ingérer. Elle permet une récupération très rapide.

    — Paul / Giromagny Team