MANQUE DE FER : CAUSES, CONSÉQUENCES ET SOLUTIONS NATURELLES

Zineb

Le manque de fer fait partie des carences nutritionnelles les plus courantes dans le monde. Minéral indispensable au bon fonctionnement de l’organisme, il contribue à l’oxygénation du sang et des organes. Comment prévenir une carence en fer ? Quelles sont les conséquences d’un manque de fer ? A travers cet article, votre spécialiste Algorigin vous aide à mieux comprendre la carence en fer et vous fait découvrir les solutions naturelles pour y remédier.

 

Quel est le rôle du fer ?

Le fer est un oligo-élément qui entre dans la composition de l’hémoglobine, une protéine présente dans les globules rouges, et dans la myoglobine. Son rôle principal est de transporter et de stocker l’oxygène contenu dans le sang vers les organes et muscles du corps. Sans fer, le corps humain ne peut plus former d’hémoglobine et n’est donc plus capable d’assurer cette fonction de transport vitale.

Le fer détient également une place importante dans le développement cognitif des enfants, la grossesse, la production d’énergie, le métabolisme , la digestion, l’absorption des nutriments et le maintien des équilibres hormonaux. Il est aussi impliqué dans le maintien de l’immunité via le contrôle des flux de fer dans les tissus.

Le fer existe sous 2 formes principales :

  1. Le fer héminique : il est présent dans les aliments d’origine animale (abats, viande rouge, poisson, fruits de mer) et est absorbé à hauteur de 15 à 35 % par l’organisme.
  2. Le fer non héminique : il est présent dans les produits laitiers, les œufs, les végétaux et n’est absorbé qu’à hauteur de 2 à 5 % par l’organisme. Afin de mieux l’assimiler et de favoriser son absorption, il est important de le combiner avec d’autres nutriments tels que la vitamine C ainsi qu’avec de la viande rouge, du poisson et de la volaille.

 

Comment déterminer une carence en fer ?

La carence en fer se traduit par plusieurs signes physiques dont les premiers facteurs sont une fatigue inhabituelle et une diminution de la vitalité. Plus on manque de fer, plus les signes s’intensifient. Pour poser un diagnostic précis, il est important de prendre en compte les symptômes et de faire contrôler son taux de fer grâce à des analyses biologiques.

Les symptômes liés au manque de fer

Les symptômes d’une carence en fer sont très variés. En effet, comme vu précédemment, le fer intervient à large spectre pour assurer le bon fonctionnement de l’organisme, d’où la grande diversité de signes pouvant évoquer un manque de fer. De plus, une personne carencée en fer peut exprimer un ou plusieurs symptômes. Voici une liste non exhaustive regroupant les principales conséquences d’un manque de fer, des plus généralistes aux plus atypiques :

  • Fatigue
  • Maux de tête
  • Etourdissements
  • Troubles du sommeil
  • Troubles cognitifs (retard de croissance, retard de développement, faibles capacités de concentration, difficultés d’apprentissage)
  • Pâleur de la peau
  • Palpitations et accélération du rythme cardiaque
  • Chutes de cheveux
  • Epuisement chronique
  • Syndrome des jambes sans repos
  • Essoufflement précoce lors d’efforts physiques
  • Sensibilité marquée au froid

Le diagnostic d’une carence en fer

Afin de déterminer si vous souffrez d’un manque de fer, un bilan biologique doit être réalisé. Cette analyse permet d’évaluer la quantité de fer contenue dans le sang et ainsi établir un diagnostic précis :

  • Dosage de la ferritine : la ferritine est une protéine de stockage du fer dans le sang. Son taux reflète l’état des réserves en fer de l’organisme. Une ferritine abaissée confirme l’existence d’une carence en fer. Par exemple, si le taux de ferritine est < 30 μg/L, cela signifie que votre carence en fer est avérée.

Dosage du fer associé à la transferrine : La transferrine est une protéine du sang qui sert au transport du fer après son absorption par l’intestin. Lorsque l’organisme a un déficit en fer, la quantité de transferrine dans le fer augmente mais la quantité de transferrine liée au fer diminue.
Dans certaines situations, par exemple lorsque la personne souffre d’insuffisance rénale chronique, d’affection maligne, d’inflammation chronique ou lorsque le dosage de la ferritine est normal mais que de nombreuses observations laissent à penser qu’une carence en fer existe bel et bien, le dosage du fer associé à la transferrine peut faciliter le diagnostic.

 

 

Quelles sont les causes d’un manque de fer ?

Une carence en fer survient lorsque l’apport en fer n’est plus suffisant pour subvenir aux besoins de l’organisme, ceci finissant par dépasser nos capacités de stockage. Les raisons pouvant mener à un manque de fer sont diverses et multiples : grossesse, malabsorption du fer, pertes abondantes, apports alimentaires insuffisants, etc.

Les règles abondantes et autres saignements

Les carences en fer sont souvent dues aux pertes sanguines et menstruations puisque 60% du fer de l’organisme est contenu dans l’hémoglobine qui circule dans le sang au sein des globules rouges. Ainsi, les femmes ayant des règles abondantes et/ou longues sont susceptibles de manquer de fer. Par comparaison, on considère qu’une femme perd en moyenne 2 mg de fer par jour contre 1 mg chez l’homme.

Un régime vegan ou végétarien

Ce type de régime limite considérablement les apports en fer étant donné que le fer issu des aliments végétaux est moins bien absorbé que celui des aliments d’origine animale. En effet, le fer animal n’a besoin d’aucune transformation dans le corps pour être assimilé alors que le fer végétal doit subir quelques transformations au niveau de l’intestin pour pouvoir être assimilé correctement par l’organisme.

Une activité physique importante

L’entraînement sportif demande un besoin plus important d’oxygénation des muscles et favorise une plus grande production de globules rouges. Comme ces derniers sont constitués en partie de fer, les besoins en sont augmentés. De plus, une activité physique pratiquée à haute dose, peut entraîner la destruction des globules rouges favorisant alors une carence en fer.

Graphique montrant que la Spiruline Fer est bien plus riche en fer que la viande et les sels de fer

Quelle spiruline choisir en cas de carence et manque de fer ?

Parmi les compléments alimentaires naturels pour combler les déficits en fer, on retrouve ceux à base de spiruline, une algue qui concentre un grand nombre de nutriments. Ce superaliment a la particularité de contenir une très grande quantité de fer permettant ainsi de répondre rapidement aux besoins de l’organisme.

La spiruline enrichie en fer Algorgin pour prévenir les carences en fer

Découvrez Spiruline FER, le complément alimentaire vegan Algorigin pour lutter contre les carences en fer !puzzle spiruline et fer

6 fois plus riche en fer que la spiruline classique, avec un fer  aussi bien assimilé que celui de la viande rouge et offre un apport important de fer de qualité optimale. En effet, il comble 93% des apports journaliers recommandés en fer. Cette supplémentation en fer a l’avantage de ne pas créer de phénomène de contre régulation de l’hepcidine, hormone qui régule le métabolisme du fer dans l’organisme. En prime, ce complément alimentaire végétal n’agresse pas les cellules intestinales et évite les habituels inconforts digestifs souvent liés à la prise de cet oligo-élément tels que la constipation, les vomissements et les nausées.

De plus, grâce à son association avec la spiruline, le fer apporté n’induirait pas d’oxydation responsable du vieillissement cellulaire. On sait qu’aujourd’hui, un apport important de fer peut, via la réaction de Fenton, induire une oxydation importante de l’organisme. Une étude menée sur la spiruline enrichie en fer conclut qu’elle pourrait potentiellement être considérée comme un « fer antioxydant ».

En plus de pallier un manque de fer et de maintenir à niveau les réserves de fer, Spiruline FER permet de gagner en vitalité grâce aux propriétés énergétiques et revitalisantes de la spiruline. Puisqu’elle contient plusieurs micronutriments hautement assimilables comme le magnésium, la vitamine E, le zinc et le calcium, elle lutte contre la fatigue physique.

 

Les aliments riches en fer pour lutter contre le manque de fer

Grâce à l’alimentation, il est également possible d’augmenter son apport en fer.

Parmi les aliments riches en fer, il y a tout d’abord ceux d’origine d’animale comme la viande (bœuf, porc, agneau, foie, poulet, dinde), le poisson et les oeufs. Les aliments riches en fibres représentent également une source de fer intéressante. Par exemple, le blé, les pommes de terre et toutes les légumineuses (pois chiches, lentilles, petits pois, etc.) sont naturellement riches en fer. Les légumes verts comme les haricots, les épinards et les brocolis apportent également une quantité de fer non négligeable.

Pour les personnes qui suivent un régime vegan ou végétarien, il est important de consommer en parallèle des aliments contenants de la vitamine C tels que le chou, la tomate, le kiwi, le poivron et les agrumes. Ces derniers permettent à l’organisme de mieux assimiler le fer non héminique.

De plus, certaines habitudes alimentaires sont également à bannir. Par exemple, boire du thé ou du café au cours des repas réduit l’absorption du fer présent dans les aliments et peut renforcer une carence.

 

Si vous avez la moindre question concernant votre carence en fer et les algues santé, n’hésitez pas à contacter notre micronutritionniste qui vous offrira des conseils adaptés à vos besoins.

conseil icône

Besoin d’aide pour trouver l’algue qu’il vous faut ?